PARCOURSUP

La nouvelle plateforme qui remplace APB, intitulée « parcours sup’ », est mise en ligne aujourd’hui. La nouvelle procédure d’affectation dans le supérieur suscite de nombreuses questions chez les parents et leurs représentants, à la fois sur le fond de la réforme et sur sa mise en œuvre. Pour échanger avec les parents et apporter une analyse FCPE, vous trouverez en pièce jointe une note qui reprend ce que la FCPE a défendu lors du vote de la réforme. Cette note explique :

  • le choix de la FCPE de voter contre le texte présenté en CSE en novembre ;
  • les amendements que nous avons proposés et ce qui a été retenu ;
  • les quelques mesures intéressantes pour les élèves et dont la mise en œuvre sera cruciale pour les conditions de construction de leur parcours.

Sur la mise en place de parcours sup’, les élèves pourront se familiariser avec l’outil à partir du 15 janvier et commencer à remplir leurs vœux à partir du 22 janvier. Pour aider les parents à se retrouver dans ce nouvel outil, vous trouverez sur ce lien une infographie réalisée par la FCPE : https://fcpe.asso.fr/actualite/parcours-sup-comment-ca-marche . Il y a aussi plusieurs liens qui peuvent aider les jeunes et leurs parents à construire leurs parcours et se préparer à la vie étudiante.

Sur les changements importants à noter :

  • Le nombre de vœux maximum passe à 10. Les élèves peuvent ne pas remplir les 10. S’ajoute à cela le principe des vœux groupés (un même vœu pour des formations similaires), ce qui fait qu’un élève peut demander jusqu’à 20 formations.
  • Le conseil de classe de terminale échange sur les vœux de l’élève, le chef d’établissement rend ensuite un avis sur tous les vœux de l’élève. Précédemment, le chef d’établissement rendait un avis uniquement pour les formations sélectives (prépa, BTS, IUT) et ne consultait pas le conseil de classe en amont.
  • Il n’y a plus d’obligation de demander une filière en pastille verte (où une place était normalement garantie). Cela évitera qu’un élève soit obligé de demander une filière où il ne veut pas aller.
  • Les vœux ne sont plus classés.
  • Il n’y a plus de phase d’admission. A partir de fin mai, les élèves commenceront à recevoir les réponses. Au moment des épreuves du bac, les réponses sont suspendues.
    • Les élèves peuvent recevoir comme réponse : oui ; oui si (il est accepté à condition de suivre un dispositif d’accompagnement mis en place par l’établissement d’enseignement supérieur) ; non (s’il est refusé dans une formation de type BTS, prépa, IUT, écoles…) ; en attente (l’élève sera alors en liste d’attente). Pour les filières universitaires dites en tension, le tri des dossiers pourra être fait et certains élèves mis tout en bas de la liste d’attente (mais comme il n’y aura pas de place pour tous, cela revient à bloquer l’accès de l’élève à la formation et donc à sélectionner). Mais pour éviter un mauvais affichage, les élèves ne recevront pas de non mais en attente. Il faudra bien informer les élèves concernés pour qu’ils s’inscrivent en procédure complémentaire, sans attendre une hypothétique place qui ne se libérera jamais (malgré l’affichage politique du gouvernement).
    • Une fois les premiers retours du logiciel aux élèves, ils pourront : soit accepter l’affectation (et répondre oui), soit la refuser (et répondre non). On sort donc du système : « oui mais » ou « non mais ». Si un élève a reçu plusieurs propositions d’affectation,  il ne pourra conserver qu’une seule formation (pour ne pas bloquer de place inutilement). S’il a des formations où il est en liste d’attente, il garde sa place dans la formation déjà acceptée mais reste candidat à celles en attente. La procédure ferme le 21 août, l’élève pourra rester en attente jusqu’à ce moment-là.  
    • A partir de juillet, s’ouvre la procédure complémentaire, désormais, elle sera réservée aux élèves qui n’ont reçu que des réponses « liste d’attente » ou « non » à leur demande de formation. Précédemment, cette procédure était aussi accessible aux élèves qui avaient déjà reçu une proposition d‘affectation. Cette procédure prendra deux formes : affectation par le logiciel parcours sup’ dans les filières où il reste de la place et mise en place d’une commission dans les rectorats pour trouver des places au cas par cas.

Sécurité

Communiqué de presse de la FCPE nationale du 24/08/2016 : Sécurité des écoles : tous concernés !

"La FCPE salue les mesures prises pour sécuriser les établissements. Dans ce contexte de risque élevé d’attentats, elles sont indispensables et doivent être complétées par des mesures sur le long terme. Les missions que l’on confie aux personnels de l’Education nationale sont difficiles et multiples, il faut donc les former et les accompagner. La FCPE demande que tous soient formés aux premiers secours, préparés à réagir avec les gestes adaptés à chaque type de risque (naturels, intrusion…) et en capacité d’en parler avec les enfants et les jeunes avec un langage et une approche adaptés à leur âge. Il est important de ne pas renforcer un climat déjà anxiogène, d’accueillir la parole des élèves mais aussi de les aider à s’exprimer.

La mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative est également incontournable. Les parents doivent être informés des mesures prises et associés aux dispositifs mis en place par l’intermédiaire de leurs représentants. Ils connaissent bien les problématiques de chaque école et établissement (notamment en termes de bâti) et sont en relation avec les autres acteurs éducatifs du territoire. Les représentants de parents peuvent aussi être les relais de l’information donnée aux parents, en complément des réunions d’information réalisées par les directeurs d’école et chefs d’établissement. Aussi est-il important que ceux-ci participent aux réunions de sécurité prévues avant la rentrée dans les départements.

Enfin, la FCPE met en garde contre la volonté de certains de faire de l’Ecole un bastion fermé sur lui-même, sous prétexte qu’elle serait mieux protégée. Les parents sont attachés à l’école comme un lieu de vie qui fait partie du quotidien."

Consulter le guide ministériel à l’intention des parents concernant les mesures de sécurité dans les établissements scolaires appliquées dès la rentrée 2016  Securite guide parents colleges lycees ministere 2016.

Harcèlement

Selon une enquête réalisée par l’UNICEF et l’Observatoire international de la violence à l’école, près de 12% des enfants de 7-10 ans et 10% des collégiens ont déjà été
confrontés à une situation de harcèlement.
Dans le cadre de la 3ème édition de la *Semaine Nationale de Prévention à l'École* qui se déroule du 16 au 20 janvier et du *Safer Internet Day* le 7 février 2017, la FCPE, la MAE et Tralalère dévoilent la série “Parents parlons-en !”, composée de cinq vidéos, pour répondre aux questions des
parents sur le harcèlement : sensibiliser, détecter, en parler, y mettre fin et agir contre le
cyber-harcèlement.


https://gallery.mailchimp.com/268f795298dd47f2338891a49/images/bdd9314b-732a-487e-a295-9bebe552b670.jpg]*



 

DGH - Dotation Globale Horaire

Pour comprendre ce qu'est la DGH et le rôle des représentants de parents d'élèves au Conseil d'Admnistration Dossier fcpe dhg lycees v2017.

×